Pourquoi masser son enfant ?

Les bienfaits du massage peuvent être classifiés selon 4 catégories :

  • L’interaction
    • Le lien d’attachement sécurisé,
    • la communication verbale et non verbale, un moment privilégié de qualité en face à face, des compétences de communication pré-langagière, une attention constante,
    • le fait de se sentir respecté,
    • l’utilisation de tous les organes des sens, l’amour, la tolérance, le toucher nourrissant, le contact précoce avec les deux parents, l’empathie et la capacité d’imitation
  • La stimulation
    • des systèmes circulatoire, digestif, hormonal, immunitaire, lymphatique, nerveux, respiratoire, vestibulaire (la coordination et l’équilibre),
    • du développement du langage, des capacités d’apprentissage, du tonus musculaire et des muscles, de la croissance, de l’élimination, de l’intégration sensorielle, des connexions entre les neurones (les massages développent et accélérante le développement de la myéline),
    • du développement de la conscience corporelle.
  • Le soulagement

peut aider les flatulences et les coliques, la constipation et l’élimination, les crampes gastro-intestinales (digestion), la congestion, les douleurs liées à la croissance, les tensions musculaires, les douleurs liées à la poussées des dents, la désorganisation du système nerveux, la sensibilité tactile, les tensions physiques et psychologiques.

  • La relaxation
    • un meilleur rythme circadien (sommeil), et plus généralement la régulation des états de conscience
    • un normalisation du tonus musculaire,
    • une plus grande flexibilité, une meilleure capacité à gérer son environnement,
    •  l’amélioration de la capacité à s’auto-calmer (autorégulation), la réduction du niveau de stress, l’augmentation du taux des hormones relaxantes et anti-stress (telles que la sérotonine et l’ocytocine), la diminution des hormones liés au stress (comme le cortisol et la norépinéphrine), l’augmentation de la dopamine, la diminution de l’hypersensibilité, la diminution de l’hyperactivité,