Mise en pratique de l’autolouange dans une classe

« L’autolouange » en classe. 

J’introduis cette pratique un mois après la rentrée scolaire lorsque mes groupes de classe sont stables. J’explique aux élèves que nous allons effectuer un exercice qui n’a rien à voir avoir le contenu de mon cours, que nous allons partir à l’aventure, nous laisser aller complètement dans un voyage extraordinaire à l’intérieur de nous-mêmes.

Je leur demande de faire leur portrait en amplifiant leurs qualités, à ce moment, j’ai quelques réactions car ils ne sont pas habitués à ce genre d’exercice puisqu’ils se trouvent tous les défauts de la terre!

 Pour les rassurer, je leur donne un exemple:

Si tu te trouves belle, tu oseras dire dans ton portrait: je suis la fille de Vénus, si tu es fort en foot, tu es le Zidane des stades de foot.

 Ils comprennent vite où je veux les conduire et se mettent à écrire. Le professeur aussi, joue carte sur table et écrit son autolouange.

Il faut compter au moins cinquante minutes de cours pour obtenir un beau texte et pour que chacun puisse se débarrasser de son appréhension et se lancer dans l’écriture.

 Vient ensuite le moment de proclamer son portrait. Là, j’installe mes élèves en cercle et je demande qui veut commencer la lecture. Les nez plongent alors dans les feuilles et un silence s’installe, finalement il y en a toujours un qui ose se lancer et c’est si beau que les applaudissements naissent spontanément. Les autres élèves se décident au fur et à mesure, l’émotion s’installe, certains sont vraiment émus et je les sens renaître, ils sont les premiers surpris de ce qu’ils ont écrit, de la poésie de leur texte. Chacun est fier de lire en définitive et chacun retrouve en soi un merveilleux trésor dans lequel il peut puiser à tout moment. Je suis étonnée du respect de chacun par rapport aux textes qui sont lus. Je termine par lire moi-même mon autolouange.

Les premiers résultats.

Qu’est-ce que cela apporte à la classe?

D’entrée les élèves apprennent à se connaître autrement, à découvrir les qualités qu’il y a en chacun et un respect mutuel s’installe.

Ils découvrent leurs propres qualités. « Après tout je ne suis pas si nul, j’ai en moi des qualités, des choses très positives, un trésor ».

C’est avec fierté que les élèves ont exposé leurs travaux sur l’autolouange aux portes ouvertes du Ceria. Non seulement ils ont travaillé sur l’estime et la confiance de soi, mais également sur la dactylographie de leurs textes et sur le traitement des images en informatique. Leurs travaux sont devenus de véritables petits chefs d’œuvres.

Avec la pratique je me suis rendu compte qu’il ne faut pas de talent spécial pour écrire une autolouange, les textes qui apparaissent sont très poétiques alors que les élèves disent n’avoir aucune disposition pour la poésie. Au fur et à mesure de la pratique, l’orthographe s’améliore.

Cette année, grâce à l’autolouange j’ai trouvé des élèves plus respectueux et plus attentifs en classe.

Comme le dit si bien Ngo SEMZARA KABUZA: Créer un texte, c’est se créer soi-même

F. Ghislain

 

Ce contenu a été publié dans Témoignages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.